L'église Saint Gilles de Wuenheim

 photo__glise_wu.jpg

 

Historique de l’église Saint Gilles de Wuenheim.

Wuenheim, petit village viticole, situé à 310 m d’altitude, et adossé aux
contreforts du Hartmannswillerkopf.

Wuenheim fut du XIII° au XIX° s. une annexe de Soultz, la localité faisant partie alors des possessions de l’évêque de Strasbourg ( le Haut-Mundat ), formant avec Soultz un seul ban et une seule juridiction.

En effet, le village était administré par un sergent ( Weibel ) et 4 jurés (Geschworene). Toutes les décisions étaient prises lors de séances présidées par un conseiller de Soultz.

L’indépendance juridique sera prononcée par une ordonnance du roi Charles X (16 septembre 1824 au 2 Août.1830 ) en date du 27 mai 1827.


Toutefois elle n’entrera en vigueur qu’en 1832 , la lenteur administrative n’étant pas une spécificité du XXI° siècle !

L’église Saint Gilles – citée dès 1298 - fut reconstruite en 1783 d’après des plans de François-Antoine Zeller, inspecteur des bâtiments publics de Haute Alsace.

Les autels latéraux sont des oeuvres de Heinrich Kayser , de Stans en Suisse, et pourraient datées de la première moitié du XVIII° siècle.

Wuenheim et son église furent détruits à 75 % lors de la Première Guerre Mondiale entre 1915 et 1918.

Le 9 avril 1922, les dégâts de guerre, en ce qui concerne l’église, étaient estimés à 13 960 francs valeur 1914 ou 36 950 francs, valeur équivalente de remplacement (1922) faite par la Commission d’ Évaluation de Guebwiller-Cernay.

Le 1er mars 1925, le conseil de fabrique décida de prélever 10 500 F. sur le compte “ Dommages de Guerre “ pour la réalisation du chemin de croix qui se trouve actuellement en l’ église.

L’ensemble de cette restauration ainsi que les démarches nécessaires en vue de l’ aboutissement de tous les travaux s’étalèrent de 1919 à 1932 si l’on se base sur les extraits des délibérations du conseil de fabrique et sur une lettre
du 14 juin 1932 de M. Kirschacker adressée à la Direction des dommages de guerre de Colmar.

Entre l’ an 2000 et 2010 plusieurs tranches de travaux furent lancées régulièrement, en fonction des possibilités financières du conseil de fabrique :
une sono neuve, l’électrification du chœur, l’installation de luminaires dans la nef, la confection d’un nouveau parquet sous les bancs, des lambris neufs le long des murs de la nef et , en dernier, la mise en peinture de l’intérieur de toute l’église.

Permettez-moi de terminer ce mot par l’expression de la profonde gratitude et de la parfaite reconnaissance de tous les marguilliers de notre église envers tous les paroissiens de Wuenheim ainsi que les bienfaiteurs qui n’ont cessé de
les soutenir et de les encourager dans leurs divers travaux de restauration.

28 mars 2010, Hugues Hoohs

Prière pour la Paix dans notre Famille

« Seigneur, inspirateur de toute paix et source de tout amour, daigne tourner avec bienveillance ton regard miséricordieux sur notre famille divisée. Aie pitié de nous, toi qui veux l’unité des cœurs et qui peux nous aider à la recréer lorsqu’elle s’est brisée. Ô Jésus, accorde-nous cette grâce par tes mérites de Fils très aimant et très obéissant à Nazareth. Ô Notre-Dame, accorde-nous cette grâce par tes mérites d’épouse et de mère très humble et très tendre à Nazareth. Ô Saint Joseph, accorde-nous cette grâce par tes mérites d’époux et de père très bon et très fidèle à Nazareth. Gloire au Père, au Fils et au Saint-Esprit, comme il était au commencement, maintenant et toujours, dans les siècles des siècles. Amen. » 
RetourHaut de page